Présentation du blog Faaxaal


Les photos que je propose sont gratuites et libres de droits, pour tous les usages, y compris les usages commerciaux, comme des livres, des prospectus, des affiches ou autres.
 
Cette gratuité a une contrepartie : vous devez citer le nom de l'auteur de la ou des photos empruntées et faire un lien vers le blog ou vers la page sur laquelle vous avez emprunté la photo. L'auteur est généralement Kriss de Niort.
 
Sur simple demande, dans la plupart des cas, je peux fournir des photos dans un format supérieur. Laissez un message en bas de l'article concerné.
 
--------- o0O0o ---------
 
Vous ne trouvez pas la photo que vous cherchez, un lien est brisé, une photo ne s'affiche plus, vous voulez signaler une erreur ou autre.... Laissez un commentaire ICI
 
--------- o0O0o ---------


Cliquez sur les photos pour les agrandir

dimanche 3 juin 2018

Colibri à gorge rubis - Archilochus colubris - Ruby-Throated Hummingbird - Oiseau-mouche



Faune aviaire du Québec - Oiseaux du Canada - Colibris de Cuba
Colibri du Québec - Photo de Trochilidae - Photo de Colibri 
Oiseau du Costa-Rica - Colibri du Mexique - Oiseau-mouche 




  (Sous réserve de bonne identification)



Ordre : Apodiformes
Famille : Trochilidae - Trochilidés
Genre : Archilochus
Espèce : Archilochus colubris

Mots-clés : Trochilidae Archilochus Colibri

Synonyme : Trochilus colubris







Le Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris syn. Trochilus colubris) est un oiseau (oiseau-mouche) appartenant à l'ordre des Apodiformes (ou des Trochiliformes), à la famille des Trochilidés (Trochilidae), à la sous famille des Trochilinae et au genre Archilochus. Le colibri à gorge rubis est souvent appelé "oiseau mouche" mais ce terme est générique et désigne n'importe quelle espèce de colibri.

Le colibri à gorge rubis est originaire d'Amérique du nord et d'Amérique centrale. Il se reproduit l'été à l'est des USA et au sud est du Canada, incluant le Québec. Le colibri à gorge rubis hiverne au sud du Mexique, en Amérique centrale et dans les îles environnantes, jusqu'aux Antilles. C'est un oiseau diurne, solitaire.

Le colibri à gorge rubis fréquente divers milieux comme les forêts décidues, les forêts de résineux, les forêts mixtes, les forêts tropicales, les marais, les ripisylves, les haies, les parcs, les jardins, les vergers, les milieux ouverts arborés... On le retrouve du niveau de la mer jusqu'à 1500 mètres d'altitude. Pour ma part, durant mon court séjour au Québec, je l'ai aperçu au jardin de Métis (Gaspésie), en plaine, non loin du fleuve Saint Laurent à Cap Tourmente, et dans un jardin à Cap Rouge.

Le colibri à gorge rubis mesure de 7,5 à 9 centimètres de long pour une envergure de 8 à 11 centimètres et un poids de 3,5 à 3,8 grammes. Il peut vivre environ 9 ans. La mortalité des mâles est supérieure à celle des femelles.

Le colibri à gorge rubis mâle possède un plumage verdâtre en partie supérieure avec des reflets iridescents. Au niveau de la gorge le mâle arbore des plumes rubis (d'où son nom) avec des reflets métalliques, du plus bel effet. Le dessous du corps est gris clair à blanchâtre. Le bec est long et mince et la queue est fourchue. Les pattes sont petites. La femelle est un peu plus grande que le mâle. Elle ne possède pas les belles plumes rubis du mâle et sa queue est arrondie. Le plumage des immatures est assez proche de celui des femelles.

Le colibri à gorge rubis se nourrit du nectar de diverses fleurs, notamment de l'ancolie du Canada (Aquilegia canadensis). D'une manière générale le colibri à gorge rubis semble être attiré tout particulièrement par les fleurs rouges, nectarifères. Cependant à Métis (Gaspésie) j'ai vu un colibri à gorge rubis butiner les Sceaux de Salomon pubescents (Polygonatum pubescens) qui possèdent des fleurs vertes. En sus du nectar floral le colibri à gorge rubis se nourrit de la sève exsudée par les troncs d'arbres et de divers petits insectes souvent capturés en vol (notamment de petits diptères) et des arachnides. Le colibri à gorge rubis fréquente régulièrement les mangeoires à eau sucrée placées dans les jardins.

Parmi les plantes les plus prisées par le colibri à gorge rubis on peut citer (mais ce n'est pas limitatif) la monarde (Monarda didyma), le chèvrefeuille du Canada (Lonicera canadensis), le chèvrefeuille grimpant de Virginie (Lonicera sempervirens), le pavier rouge (Aesculus pavia), l'ipomée à fleurs rouges (Ipomoea coccinea),la bignone (Campsis radicans), la lobélie cardinale (Lobelia cardinalis), le silène de Virginie (Silene virginica), l'impatiente du cap (Impatiens capensis), le lys des près (Lilium canadense), la spigélie du Maryland (Spigelia marilandica), la digitale pourpre (Digitalis purpurea), le buddleia de David (Buddleja davidii), l'arbre à soie (Albizia julibrissin), la plante crevette (Justicia brandegeana) et bien d'autres.

Le colibri à gorge rubis butine le plus souvent en effectuant un vol stationnaire (il peut voler aussi en arrière) pendant lequel ses ailes battent 55 à 75 fois à la seconde. Ce rythme rapide entraine une grosse déperdition d'énergie obligeant le colibri à gorge rubis à consommer deux fois son poids en nourriture. Autre fait notable, le colibri est un agent pollinisateur important pour certaines espèces.

Le colibri à gorge rubis est un oiseau migrateur, du moins les populations septentrionales. Il quitte ses lieux de nidification fin août début septembre pour regagner le Mexique et l'Amérique centrale. Le retour s'effectue vers la mi-mai, époque où les fleurs nourricières éclosent. Dans ces mouvements migratoires les mâles précèdent toujours les femelles de quelques jours. Ils profitent de ces quelques jours pour délimiter leur territoire auquel ils semblent être fidèles au fil des ans.

Le colibri à gorge rubis est territorial et défend vigoureusement son territoire et ses sources de nourriture. Lors de la parade nuptiale le mâle exécute des figures et démonstrations de vol tout autour de la femelle, exécutant de nombreux allers et retours, comme un pendule. Lors de cette parade très élaborée ses ailes peuvent battre jusqu'à 200 fois par seconde.

Le colibri à gorge rubis est polygame. Après la copulation le mâle abandonne la femelle. La femelle prend en charge la construction du nid. Celui-ci est situé dans un arbre ou dans un buisson. Le nid est de petite taille (moins de 4 centimètres de diamètre), et composé de divers éléments comme du lichen, des débris végétaux, des fils de toiles d'araignée...

La femelle y dépose 2 œufs blancs, minuscules (moins d'1 centimètre), qu'elle couve seule pendant environ 2 semaines. Les oisillons sont nourris par régurgitation. Au bout de 2 à 3 semaines les oisillons sont capables de voler mais la mère les nourrit encore quelques temps, souvent en vol. Le colibri à gorge rubis atteint la maturité sexuelle vers l'âge de 1 an. Il peut vivre 9 ans, mais rares sont ceux dépassent l'âge de 3 ans. Les populations septentrionales n'ont qu'une seule couvée par an tandis que plus au sud les colibris à gorge rubis peuvent avoir 2, voire 3 couvées.

Le colibri à gorge rubis possède peu de prédateurs compte tenu de sa petite taille. Cependant, on peut citer : l'épervier brun (Accipiter striatus), le geai bleu (Cyanocitta cristata), la pie-grièche migratrice (Lanius ludovicianus), et encore une fois le chat domestique (Felis silvestris). La population mondiale de colibris à gorge rubis est estimée à 7.300.000 individus mais semble en régression.

En allemand le colibri à gorge rubis s'appelle rubinkehlkolibri, en anglais : ruby-throated hummingbird, en danois : rubinstrube, en espagnol : colibrí gorjirrubí ou colibrí garganta rubí, en italien : colibrì golarubino, en néerlandais : robijnkeelkolibrie ou robijnkeeltje, et en suédois : rubinkolibri ou rubinstrupig kolibri.




Colibri à gorge rubis - Archilochus colubris
Colibri à gorge rubis - Archilochus colubris

Colibri à gorge rubis - Archilochus colubris
Colibri à gorge rubis - Archilochus colubris
(sujet naturalisé)

Remarque importante : Ces photos sont gratuites et libres de droits. Pour tout usage, même professionnel, vous devez mentionner le nom de l'auteur, Kriss de Niort, et faire un lien vers le blog. Merci - Sur simple demande, je peux fournir, dans les mêmes conditions que ci-dessus, certaines de ces photos dans un format supérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire - Merci