Présentation du blog Faaxaal


Les photos que je propose sont gratuites et libres de droits, pour tous les usages, y compris les usages commerciaux, comme des livres, des prospectus, des affiches ou autres.
 
Cette gratuité a une contrepartie : vous devez citer le nom de l'auteur de la ou des photos empruntées et faire un lien vers le blog ou vers la page sur laquelle vous avez emprunté la photo. L'auteur est généralement Kriss de Niort.
 
Sur simple demande, dans la plupart des cas, je peux fournir des photos dans un format supérieur. Laissez un message en bas de l'article concerné.
 
--------- o0O0o ---------
 
Vous ne trouvez pas la photo que vous cherchez, un lien est brisé, une photo ne s'affiche plus, vous voulez signaler une erreur ou autre.... Laissez un commentaire ICI
 
 

vendredi 24 février 2017

Bombyx disparate - Lymantria dispar - La Spongieuse - Le Zigzag - Du papillon à la chenille

Cycle de vie du papillon - De la chenille au papillon
 
 
(Sous réserve de bonne identification)




Ordre : Lepidoptera - Lépidoptères - Papillons
Famille : Lymantriidae Lymantriidés Erebidae Erebidés
Tribu : Lymantriini
Genre : Lymantria
Espèce : Lymantria dispar

Mots-clés : Lymantriidae Erebidae Lymantria Bombyx Chenille Phalène

Article connexe :
   - Voir d'autres photos de la chenille du Lymantria dispar


Partie théorique :


Le Bombyx disparate (Lymantria dispar, Syn. Bombyx dispar, Phalaena dispar), appelé également "Spongieuse" au Québec ou plus rarement "Phalène disparate" ou plus simplement "le Disparate", est un papillon univoltain (une seule génération par an), dont le mâle vole le jour. Le Bombyx disparate est originaire d'Europe, d'Afrique du Nord et d'Asie centrale. Il a été introduit accidentellement en Amérique du Nord.

Dans les vieux grimoires on apprend que ce papillon était nommé parfois "Zigzag". A force de recherches, voici ce que j'ai trouvé dans le Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle (1791) :
ZIGZAG ou Zigzac : M de Réaumur donne ce nom à une chenille à oreilles à cause des inflexions bizarres & différentes que son corps prend au gré de l'animal. Elle se métamorphose en un phalène qui porte aussi le nom de Zigzag à raison de la disposition des lignes noires qui sont sur ses ailes dont le fond est ou blanc ou brun.
Je vous parlerai plus loin de cette "Chenille à oreilles".

Chez le Bombyx disparate il existe un fort dimorphisme sexuel. En effet la femelle est globalement blanchâtre avec une rangée de petites taches noires marginales à l'apex des ailes antérieures. Au-dessus on peut observer une fine ligne festonnée surmontée d'une tache noire en forme de "^" surmontée elle-même d'un petit point noir. Un peu plus haut on peut observer une nouvelle ligne festonnée, moins marquée que la première. Les antennes de la femelle sont filiformes. Son envergure alaire peut atteindre 6 centimètres. L'abdomen de la femelle, rempli d'œufs, est tout simplement énorme en empêche la femelle de voler. D'ailleurs les auteurs anciens traitaient la femelle de "fainéante" ou de "paresseuse".

Le Bombyx disparate mâle, pour sa part, possède une envergure alaire atteignant tout au plus 4 centimètres. Ses antennes son plumeuses (bipennées). Les ailes antérieures du mâle sont grisâtres à brunâtres. Avec beaucoup d'attention on peut y observer la bande marginale de petites taches noires ainsi que les autres ornementations, à peine marquées. Le mâle vole, contrairement à la femelle. Son vol est saccadé mais vif.

L'accouplement a lieu le plus souvent sur un tronc d'arbre, à faible hauteur, non loin des restes de la chrysalide d'où s'est extirpée la femelle. Pour attirer les mâles la femelle émet de fortes phéromones que les mâles captent avec leurs antennes plumeuses. Réaumur disait du mâle qu'il "…porte toujours ses antennes droites & en avant ou comme dit, en oreilles de Lièvre…". Ayant assisté à la scène j'ai vu rapidement 3 mâles tournoyer autour de l'arbre où attendait la femelle. Ils ont effectué plusieurs tours, semblant se rapprocher progressivement du centre d'attraction. Tout d'un coup l'un d'eux est venu se poser à côté de la femelle et les deux autres mâles ont disparu, sans se disputer la femelle, comme s'ils acceptaient leur défaite. Je suppose que la femelle a cessé d'émettre des phéromones rien qu'à la vue de ce beau mâle venu à elle.

Après l'accouplement le mâle, ayant accompli son devoir, meurt rapidement. En effet les Bombyx disparates, démunis de trompe, ne s'alimentent pas à l'état adulte. La femelle pour sa part vide son abdomen de la masse d'œufs, maintenant fécondés. Ceci se passe vers la fin du mois de juillet ou au début du mois d'août.

Les œufs sont déposés à même l'écorce en un gros amas pouvant renfermer plusieurs centaines d'œufs, disposés sur deux ou trois épaisseurs. Bien évidemment si la femelle est née ailleurs que sur un tronc d'arbre (mur, poteau électrique…) la ponte a lieu à cet endroit. Ayant libéré une grande quantité d'œufs, la femelle allégée, se déplace parfois un peu plus loin pour terminer de vider son abdomen. Afin de protéger ses œufs la femelle des recouvre de matériel (lire de poils) qu'elle prélève sur son propre corps, puis elle meurt, épuisée.

L'incubation dure 10 à 15 jours. Cependant, les petites chenilles restent bien sagement dans leurs œufs. Elles vont "estiver" puis dans la foulée "hiverner" jusqu'au printemps prochain. Les jeunes chenilles, déjà formées mais minuscules, vont donc rester près de 9 mois en diapause dans leurs œufs.

Au printemps les jeunes chenilles brisent le chorion (la membrane) de l'œuf et voient enfin le jour et regagnent les frondaisons d'une plante hôte. Certaines se laissent transporter par le vent afin de coloniser d'autres lieux (leur grands poils et leur légèreté à ce stade agissent comme les graines de pissenlit). Les chenilles, très voraces, sont polyphages. En effet elles acceptent comme nourriture les feuilles de très nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes, pouvant même les défolier fortement en cas de prolifération.

Parmi les espèces d'arbres les plus prisées par la chenille du Bombyx disparate on peut citer les chênes (Quercus), les érables (Acer), les peupliers (Populus), les saules (Salix), les bouleaux (Betula), les pommiers (Malus), les pruniers (Prunus), les aubépines (Crataegus), mais également des conifères comme les épicéas (Picea) ou les mélèzes (Larix). Bien évidemment cette liste n'est pas exhaustive.

Les chenilles mangent le jour puis descendent en fin de journée se cacher au pied des arbres pour se protéger des prédateurs. L'apparence de la chenille du Bombyx disparate est variable suivant ses divers stades. Au dernier stade (voir photo), la chenille du Bombyx disparate porte sur son dos deux rangées de points colorés, les points bleus situées vers l'avant et les points rouges vers l'arrière.

La chenille du Bombyx disparate était appelée, aux siècles passés, "Chenille à oreilles" et même parfois "Chenille à oreilles de l'orme". Cependant beaucoup de naturalistes se trompent sur l'origine de ce terme. Ce n'est pas en raison de "ses longues soies qui dépassent de partout" comme on peut le lire dans l'ouvrage Papillons d'Europe (1782) que Réaumur a baptisé cette chenille "Chenille à oreilles", mais en raison des tubercules situés de chaque côté de la tête de la chenille, visibles lorsqu'on l'observe de face. Cette explication erronée a été reprise dans de nombreux ouvrages et est encore en vogue de nos jours. L'explication valide figure pourtant en toutes lettres dans le Dictionnaire universel d'agriculture (1783) en ces termes :
La chenille à oreilles est ainsi surnommée à cause de deux tubercules éminens (sic) placés de chaque côté de la tête, en forme d'oreilles.
Arrivées à terme les chenilles vont s'immobiliser sur des troncs, des grosses branches, des murs ou tout autre support à leur convenance, tisser une "tente" sommaire faite de fils de soies et ainsi protégées se transformer en chrysalide. A l'intérieur de cette chrysalide la chenille (larve) se transforme petit en petit en papillon adulte (imago). Fin juillet ou début du mois d'août, soit environ 3 semaines plus tard (durée variable en fonction des conditions climatiques), les papillons émergent et la boucle est bouclée.

En anglais le Bombyx disparate est appelé Asian gypsy moth ou gypsy moth (Mite gitane).
 
 

Et maintenant, place à l'observation sur le terrain :


Tout commence par un après-midi ensoleillé et la découverte d'une chrysalide que s'est mise à se tortiller en tout sens lorsque je l'ai saisie, signe que l'émergence était proche...

J'ai déposé cette chrysalide sur une feuille pour la photographier. A ce moment là je ne connais pas encore l'identité du futur papillon qui se cachait à l'intérieur.

Chrysalide de Bombyx disparate - Lymantria dispar


Chrysalide de Bombyx disparate - Lymantria dispar
Chrysalide de Bombyx disparate - Lymantria dispar

Après avoir immortalisé cette chrysalide et l'avoir rangée soigneusement dans un tube pour étude ultérieure, je poursuis ma promenade naturaliste. Un peu plus loin, sur un tronc de peuplier à l'écorce fort crevassée, je découvre une femelle de Bombyx disparate (Lymantria dispar), que je devrais appeler "Spongieuse" car tel est le nom que l'on donne à ce papillon au Québec.

Femelle de Bombyx disparate - Lymantria dispar
Papillon femelle de Bombyx disparate - Lymantria dispar

A y regarder de plus près, j'ai aperçu du côté gauche, deux antennes plumeuses (bipennées) qui dépassaient. Il y avait donc un intrus caché sous la femelle...

Bombyx disparate - Lymantria dispar
Sous la femelle on devine les antennes du mêle

Avec d'infinies précautions je m'empresse de découvrir à qui appartiennent ces antennes. Pour cela il faut que je dérange un peu la femelle. Sachant que celle-ci est incapable de voler l'opération me soucie peu ; il en aurait été différemment avec une autre espèce de papillon. Et là, que vois-je ? La belle était en fait très occupée.

couple Bombyx disparate - Lymantria dispar
Couple de Bombyx disparate - Lymantria dispar

Quitte à être curieux, il est un détail que je tenais à vous faire partager. Ayant déjà dérangé le couple, autant faire les choses en entier pour vous montrer, même si la photo n'est pas de bonne qualité, l'énorme différence de taille de l'abdomen du mâle et de la femelle... Normal, l'abdomen de la femelle renferme des centaines d'œufs qu'elle a hâte de pondre pour s'alléger de ce lourd fardeau...

Bombyx disparate - Lymantria dispar
Comparaison de la taille de l'abdomen du mêle et de la femelle


Coitus interruptus. Il fallait s'en douter. Le mâle, sans doute un peu pudique et lassé de se faire observer sous toutes ses coutures, s'en est allé alors que le travail n'était pas terminé, laissant sa dulcinée dans une fâcheuse position...

Bombyx disparate - Lymantria dispar


Après quelques clichés ventraux et dorsaux je remets la pauvre femelle à sa place initiale dont elle n'aurait jamais bougé si je n'étais intervenu avec mes idées de reportage naturaliste. Examinons donc cette femelle sur toutes ses faces :

Bombyx disparate - Lymantria dispar

Bombyx disparate - Lymantria dispar


Ayant reposé la femelle à sa place initiale, j'observe attentivement les crevasses du peuplier afin de découvrir d'où vient cette femelle. En effet, sachant que celle-ci ne vole pas et se déplace peu il est fort à parier que sa chrysalide éventrée se situe non loin de là, sur ce tronc. Pendant que je cherche, je suppose que la femelle s'est remise à émettre des phéromones afin d'attirer un mâle pour terminer le travail... interrompu par ma curiosité.

Environ 30 centimètres en dessous de la femelle, je découvre dans une anfractuosité de l'écorce, exactement comme je le pensais, sa chrysalide éventrée, à peine cachée par des restes de fils de soie. La chrysalide renferme encore une partie du liquide expulsé par la femelle lors de son éclosion.

Restes de Chrysalide


Restes de chrysalide
Restes de chrysalide de Bombyx disparate - Lymantria dispar


En fouillant encore, mais là je m'avance sans doute un peu trop, je trouve des restes que j'interprète comme étant ce qui reste de la chenille. Je mets la photo afin que vous puissiez vous en faire une idée, avec un bout de mon pouce en prime...



Poursuivant mes investigations, je continue à scruter le tronc à le recherche d'indices. Et devinez quoi ? Non loin de là, sur le même tronc, je découvre les vestiges de la chrysalide d'un mâle (la taille est un bon indice). Et dire que je passe par là presque tous les jours et que je n'avais rien vu jusqu'à présent...

Chrysalide de Bombyx disparate - Lymantria dispar


Tiens tiens, cette chrysalide me fait penser à celle que j'ai récoltée il y a quelques heures...
 
Pendant que j'observais les reliques des stades antérieurs du Bombyx disparate, la femelle dispersait sans compter ses phéromones, telle une jeune fille qui se parfume avant d'aller au bal pour attirer les jeunes hommes. Et c'est efficace. En effet depuis quelques minutes, Un, puis deux, puis trois mâles tournoient autour de l'arbre sur lequel attend la femelle. Les cercles se rétrécissent progressivement au fur et à mesure que les mâles détectent l'origine de l'émission. Tout à coup l'un deux vient se positionner auprès de la femelle tandis que les deux autres, dépités ou fatalistes, s'en vont voir ailleurs.

Bombyx disparate - Lymantria dispar

Bombyx disparate - Lymantria dispar
Accouplement de Bombyx disparate - Lymantria dispar


Ayant été assez inquisiteur pour aujourd'hui, je laisse faire la nature et je continue ma promenade... Chemin faisant, non loin de là j'observe une autre femelle qui vient de naître et qui attend un partenaire.



Souvenez-vous, au début de mon périple j'avais trouvé une chrysalide et après l'avoir photographiée je l'avais déposée dans un tube. Cette chrysalide bougeait beaucoup, signe d'une émergence imminente. Observant une dernière fois ma capture, je m'aperçois que la chrysalide est brisée. J'ouvre rapidement le tube que je pose contre le tronc de l'arbre le plus proche et le jeune papillon, encore tout mouillé, sort et s'accroche à l'écorce.

Bombyx disparate - Lymantria dispar - Naissance
Emergence d'un mâle de Bombyx disparate - Lymantria dispar

Les ailes sont encore pliées, mouillées et molles. Il faudra plus d'une heure (et peut-être beaucoup plus car j'ai abandonné l'observation) pour que les ailes se rigidifient et que le papillon (un mâle bombyx disparate), soit en état de voler. En attendant je prends quelques clichés de la chrysalide, maintenant vide.

Chrysalide vide

Chrysalide vide
La chrysalide maintenant vide

 Et pendant ce temps le jeune papillon prend forme, secoué de droite et de gauche par un vent violent. Plus d'une fois j'ai pensé que le vent allait décrocher ce jeune papillon, mais il était bien cramponné...

Bombyx disparate - Lymantria dispar

Bombyx disparate - Lymantria dispar

Bombyx disparate - Lymantria dispar

Bombyx disparate - Lymantria dispar
Jeune papillon en train de déployer ses ailes

Bombyx disparate - Lymantria dispar


Gros plan sur la tête. Notez que ce papillon ne possède pas de trompe.

Bombyx disparate - Lymantria dispar


Bombyx disparate - Lymantria dispar

Les ailes sont maintenant positionnées à plat. Le papillon est presque prêt à voler.
 
J'ai laissé passer la nuit et le lendemain je me dirige vers l'arbre sur lequel j'ai laissé le couple en pleine activité. Je m'attends à trouver la femelle en train de pondre à l'endroit même où je l'ai laissée. En réalité elle était redescendue un peu et se trouvait à environ 40 centimètres au-dessus du niveau du sol. A cette hauteur, pendant l'hiver, les œufs seront sous la neige, ce qui les protègera des grands froids.
Bombyx disparate - Lymantria dispar
Femelle Bombyx disparate - Lymantria dispar  en train de pondre


La femelle en train de pondre et la ponte protégée par un "feutre" constitué de poils (collés ?) qu'elle prélève sur son corps au fur et à mesure.

Ponte de Bombyx disparate - Lymantria dispar
Amas d'œufs de Bombyx disparate - Lymantria dispar
 La ponte, éventrée par mes soins, laissant apparaître les œufs.

Bombyx disparate - Lymantria dispar

L'extrémité de l'abdomen avec un oeuf en train de sortir.

Bombyx disparate - Lymantria dispar

La ponte n'est pas terminée mais l'abdomen s'est déjà pas mal rétracté.

Bombyx disparate - Lymantria dispar

Un peu plus loin j'ai trouvé une autre femelle en train de pondre. Ce jour là j'en ai trouvé 5 en tout, toutes en milieu périurbain.
Cette ponte (celle que j'ai éventrée) est très certainement perdue, mais ce n'est pas très grave. En effet le Bombyx disparate (Lymantria dispar) est une espèce invasive au Québec qui peut provoquer de gros dégâts. Compte tenu du nombre important de pontes observées sur un espace relativement réduit, le Bombyx disparate devrait continuer à causer pas mal de dégâts....
 
Ayant eu l'occasion d'observer une ponte sous la pluie, je peux affirmer que le feutrage est très efficace pour conserver les œufs à l'abri de l'humidité.
 
 
Mais j'y pense, vous voudriez sans doute savoir à quoi ressemble la chenille adulte de ce papillon. En réalité j'avais photographié cette chenille, en France, il y a quelques années, au pied d'un pommier dans un verger. Sur la photo vous pourrez observer le mâle et la femelle. Je vous laisse deviner qui est qui...

Chenille de Bombyx disparate - Lymantria dispar

Chenille de Bombyx disparate - Lymantria dispar
Chenilles de Bombyx disparate - Lymantria dispar


Les flèches, sur le dernier cliché, indiquent les fameuses "oreilles" de cette chenille dite "Chenille à oreilles". Ce n'est pas très visible, mais promis, si j'ai l'occasion de rencontrer à nouveau cette chenille je ferai une photo de face. Et peut-être une autre photo montant ses deux "étoiles de shérif" qu'elle arbore avant le dernier stade.
 
Six mois ont passé...
 
Malgré le froid (-24°C) et la neige, je suis allé faire un tour des pontes que j'avais observées l'été dernier.

Compte tenu des conditions d'enneigement je n'ai pas pu approcher certains arbres. Cependant de ce que j'ai pu observer, sur 7 emplacements répertoriés et non ensevelis sous la neige, les œufs avaient disparu à 6 endroits. Je n'ai retrouvé une ponte intacte que sur un arbre à troncs multiples où je n'ai même pas pu passer mon appareil photo pour prendre un cliché correct. Prochain suivi au printemps, après la fonte des neiges.

Amas d'oeufs de Bombyx disparate - Lymantria dispar

Aspect de la ponte de Bombyx disparate (Lymantria dispar) en date du 05 février

Pour mémoire, voici la même ponte de juillet

Bombyx disparate - Lymantria dispar en train de pondre

Ponte de Bombyx disparate (Lymantria dispar) en date du 25 juillet


Nous sommes maintenant le 14 mai. Visite des pontes qui ont résisté à l'hiver et que j'ai pu retrouver.

Les jeunes chenilles sont sorties des œufs et de l'amas des poils qui les protégeaient. Elles mesurent 3 à 4 millimètres. Elles n'ont que quelques jours et sont encore en phase grégaire mais elles ne construisent pas de tente communautaire. Certaines chenilles plus hardies que les autres se sont déjà un peu éloignées du groupe, toutes en direction de la cime de l'arbre, comme si elles savaient d'instinct que la nourriture se trouve vers le haut et non vers le bas. En quelques jours elles vont regagner le feuillage. Dans un premier temps elles mangeront la partie la plus tendre des feuilles, puis lorsqu'elles auront grossi elle pourront s'attaquer à toutes les parties des feuilles.
 
jeunes chenilles de Bombyx disparate - Lymantria dispar


jeunes chenilles de Bombyx disparate - Lymantria dispar
Amas de jeunes chenilles de Bombyx disparate - Lymantria dispar en train de se disperser
 
Nous sommes maintenant le 20 mai. J'ai fait un dernier tour des pontes. Les chenilles sont presque toutes parties à l'assaut des jeunes feuilles. Il ne reste plus que quelques attardées. Parmi elles certainement un bon nombre de chenilles malformées, nées tardivement ou trop faibles.
 
Bombyx disparate - Lymantria dispar

Bombyx disparate - Lymantria dispar
Ce qu'il reste de la ponte quelques jours après l'éclosion


Les chenilles vont beaucoup manger, grossir, se chrysalider (le verbe n'existe pas ?), puis devenir de nouveaux papillons... Ainsi va la vie du Bombyx disparate et de nombreuses espèces de papillon.
 

 Remarque importante : Ces photos sont gratuites et libres de droits. Pour tout usage, même professionnel, vous devez mentionner le nom de l'auteur, Kriss de Niort, et faire un lien vers le blog. Merci - Sur simple demande, je peux fournir, dans les mêmes conditions que ci-dessus, des photos dans un format supérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos petits ou grands mots