Présentation du blog Faaxaal


Les photos que je propose sont gratuites et libres de droits, pour tous les usages, y compris les usages commerciaux, comme des livres, des prospectus, des affiches ou autres.
 
Cette gratuité a une contrepartie : vous devez citer le nom de l'auteur de la ou des photos empruntées et faire un lien vers le blog ou vers la page sur laquelle vous avez emprunté la photo. L'auteur est généralement Kriss de Niort.
 
Sur simple demande, dans la plupart des cas, je peux fournir des photos dans un format supérieur. Laissez un message en bas de l'article concerné.
 
--------- o0O0o ---------
 
Vous ne trouvez pas la photo que vous cherchez, un lien est brisé, une photo ne s'affiche plus, vous voulez signaler une erreur ou autre.... Laissez un commentaire ICI
 
--------- o0O0o ---------


Cliquez sur les photos pour les agrandir

2018-10-11

Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis - Wild sarsaparilla


Flore d'Amérique du Nord - Plantes du Canada - Flore du Québec
Photo d'Araliacées - Photo d'Araliaceae
Photo d'Aralia  - Photo d'Aralie
Flore de la côte nord du fleuve Saint-Laurent
Plante à fruits noirs comestibles
 

(Sous réserve de bonne identification)




Ordre : Apiales - Araliales
Famille : Araliacées - Araliaceae
Tribu : Aralieae
Genre : Aralia
Espèce : Aralia nudicaulis L.

Mots-clés : Araliaceae Aralia Aralie


Noms communs ou vernaculaires en français : Aralie à tige nue, Aralie chassepareille , Angélique à tige nue, Chassepareille, Fausse salsepareille, Salsepareille du Canada, Salsepareille d’Amérique, Salsepareille de Virginie, Salsepareille grise, Salsepareille sauvage, Sassepareille
 
Noms communs ou vernaculaires en anglais : False sarsaparilla, Rabbit-root, Sasafril, Sasafafarilla, Shot bush, Small spikenard, Wild sarsaparilla, Wild liquorice
  
Synonymes : Néant ou inconnu







L'Aralie chassepareille ou Aralie à tige nue (Aralia nudicaulis) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à la sous classe des Rosidae, à l'ordre des Apiales, à la famille des araliacées (Araliaceae), à la sous famille des Aralioideae et au genre Aralia.

On distingue généralement plusieurs variétés ou formes d'aralie chassepareille, et notamment :
   • Aralia nudicaulis forma abortiva,
   • Aralia nudicaulis forma depauperata,
   • Aralia nudicaulis forma nudicaulis,
   • Aralia nudicaulis forma virescens,
   • Aralia nudicaulis var. elongata,
   • Aralia nudicaulis var. prolifera.


L'aralie chassepareille est une plante herbacée vivace, à port dressé, à souche ligneuse, qui atteint 30 à 50 centimètres de hauteur, qualifiée parfois de "sous arbrisseau", à rhizome traçant, originaire de la partie orientale de l'Amérique du Nord (Canada et USA), mais absente du sud des USA.

L'aralie chassepareille croît dans des milieux divers comme les forêts boréales, les forêts de conifères et les forêts mixtes fraiches et humides, en plaine ou en montagne (jusqu'à 1500 mètres d'altitude environ). On la trouve également au bord des rivières, dans les tourbières, les crêtes rocheuses ou les canyons. Elle apprécie les régions à hivers longs et froids et aux étés courts et chauds.

On trouve l'aralie chassepareille en compagnie de nombreuses espèces végétales comme : la linnée boréale (Linnaea borealis), la clintonie boréale (Clintonia borealis), la clintonie à une fleur (Clintonia uniflora), l'aster à grandes feuilles (Eurybia macrophylla), le cornouiller du Canada ou cornouiller quatre temps (Cornus canadensis), la trientale boréale (Trientalis borealis), le maïanthème du Canada. (Maianthemum canadense), le maïanthème à grappes (Maianthemum racemosum), la coptide trifoliolée (Coptis trifolia), le polypode dryoptère (Gymnocarpium dryopteris), la pyrole à une fleur (Moneses uniflora), la mitrelle nue (Mitella nuda), la fougère aigle (Pteridium aquilinum), la pyrole unilatérale (Pyrola secunda), le bois piquant (Oplopanax horridus) et bien d'autres.

L'aralie chassepareille est également associée aux arbres suivants : le pin gris (Pinus banksiana), le pin rouge (Pinus resinosa), le pin blanc d'Amérique (Pinus strobus), l'épinette noire (Picea mariana), l'hemlock de l'ouest (Tsuga heterophylla), le sapin des rocheuses (Abies lasiocarpa), le sapin baumier (Abies balsamea), l'épicéa rouge (Picea rubens), le thuya géant de Californie ou thuya géant (Thuja plicata), l'érable à sucre (Acer saccharum), le hêtre américain (Fagus grandiflora), le chêne châtaignier (Quercus montana), le bouleau à papier (Betula papyrifera), l'érable de Virginie (Acer rubrum), le bouleau jaune (Betula alleghaniensis), l'épicéa rouge (Picea rubens), l'orme américain (Ulmus americana) et encore d'autres.

L'aralie chassepareille peut former de vastes colonies issues de son rhizome ligneux, traçant. Le rhizome produit de petites tiges, ligneuses, parfois difficile à observer chez les sujets jeunes. Au printemps la tige émet une feuille verte, solitaire, tripartite, lisse, glabre, pétiolée, pouvant atteindre 50 centimètres de hauteur. Chaque partie est composée de 3 à 5 folioles pédicellées, caduques, elliptiques, à marge finement serrulées. Les feuilles tombent vers la mi-septembre, laissant une cicatrice sur la tige (ou ramet).

La floraison intervient de mai à juillet. La tige florale est également émise par le ramet et est totalement indépendantes de la feuille. Les ramets sont dioïques. Chaque tige florale, plus courte que les feuilles, porte en général 3 (2 à 7) ombelles globuleuses, non involucrées, pédonculées, regroupant de nombreuses fleurs soit mâles, soit femelles, blanches à verdâtres, à 5 pétales. Généralement les ramets mâles sont plus nombreux que les ramets femelles et les inflorescences mâles contiennent plus de fleurs que les inflorescences femelles. La pollinisation est entomogame (syrphes, abeilles, bourdons...). Aucun ouvrage ne mentionne la pollinisation par les papillons alors que j'en ai vu butiner les fleurs.

Il est à noter qu'un ramet ne produit pas nécessairement une feuille tous les ans. De la même façon le ramet ne produit pas nécessairement de fleurs tous les ans. Pire que ça, les ramets femelles, sans doute épuisés par la fructification, fleurissent moins souvent que les ramets mâles.

Le fruit est une baie, comestible, noir violacée, de 6 à 8 millimètres de large et qui renferme généralement 5 graines. La dissémination des graines est le plus souvent endozoochore.

De nombreux animaux se nourrissent des feuilles et/ou des fruits de l'aralie chassepareille. C'est le cas par exemple de : la gélinotte huppée (Bonasa umbellus), la grive des bois (Hylocichla mustelina), la grive à dos olive (Catharus ustulatus), le bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis), le renard roux (Vulpes vulpes), le loup (Canis lupus), le lièvre d’Amérique (Lepus americanus), le grizzli ou grizzly (Ursus arctos horribilis), l'ours noir (Ursus americanus), le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus), l'orignal ou élan (Alces alces), le tamia rayé (Tamias striatus) et certainement d'autres animaux. A ceux-là il faut également rajouter quelques insectes comme la chenille de Papaipema araliae ou le méloé cendré (Epicauta murina).

A travers les époques l'aralie chassepareille a connu bien des cas d'utilisation. On peut citer pêlemêle, les boissons comme la root beer (une sorte de soda à base de rhizomes), du vin à base de fruits, un thé à base de rhizomes, de la gelée de fruits... Les jeunes pousses étaient consommées comme légume-feuille.



Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis
Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis


Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis
Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis

Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis
Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis

Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis
Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis

Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis
Aralie à tige nue - Aralia nudicaulis

Remarque importante : Ces photos sont gratuites et libres de droits. Pour tout usage, même professionnel, vous devez mentionner le nom de l'auteur, Kriss de Niort, et faire un lien vers le blog. Merci. Sur simple demande, je peux fournir, dans les mêmes conditions que ci-dessus, certaines de ces photos dans un format supérieur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez un commentaire - Merci