Présentation du blog Faaxaal


Les photos que je propose sont gratuites et libres de droits, pour tous les usages, y compris les usages commerciaux, comme des livres, des prospectus, des affiches ou autres.
 
Cette gratuité a une contrepartie : vous devez citer le nom de l'auteur de la ou des photos empruntées et faire un lien vers le blog ou vers la page sur laquelle vous avez emprunté la photo. L'auteur est généralement Kriss de Niort.
 
Sur simple demande, dans la plupart des cas, je peux fournir des photos dans un format supérieur. Laissez un message en bas de l'article concerné.
 
--------- o0O0o ---------
 
Vous ne trouvez pas la photo que vous cherchez, un lien est brisé, une photo ne s'affiche plus, vous voulez signaler une erreur ou autre.... Laissez un commentaire ICI
 
 

jeudi 2 mars 2017

Photos de rapaces : Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus - Falco leucocephalus - Bald eagle

Oiseaux rapaces - Rapace diurne - Oiseaux d'Amérique
Faune aviaire du Québec - Rapaces d'Amérique - Oiseau pêcheur
 
(Sous réserve de bonne identification)




Ordre : Falconiformes - Accipitriformes
Famille : Accipitridae - Accipitridés
Genre : Haliaeetus
Espèce : Haliaeetus leucocephalus

Mots-clés : Accipitridae Haliaeetus Rapace Aigle Pygargue



Le Pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) appelé parfois et à tort "aigle à tête blanche" est un oiseau rapace appartenant à l'ordre des Ciconiiformes (anciennement Falconiformes), à la famille des accipitridés (Accipitridae) et au genre Haliaeetus.

La famille des accipitridés (Accipitridae) regroupe la plupart des rapaces diurnes comme notamment les aigles, les autours, les busards, les circaètes, les éperviers, les gypaètes, les milans, les pygargues, les serpentaires, les vautours…

Le genre Haliaeetus constitue, avec le genre Ichthyophaga (Ichthyophaga humilis, en français pygargue nain et Ichthyophaga ichthyaetus, en français pygargue à tête grise), le groupe des pygargues, qui sont des rapaces diurnes se nourrissant essentiellement de poissons.

Outre Haliaeetus leucocephalus, le genre Haliaeetus regroupe les espèces suivantes :
Haliaeetus albicilla : pygargue à queue blanche (White-tailed Sea-eagle en anglais),
Haliaeetus vocifer : pygargue vocifère (african fish eagle en anglais),
Haliaeetus leucogaster : pygargue blagre (White-bellied Sea-eagle en anglais),
Haliaeetus leucoryphus : pygargue de Pallas (Pallas's Fish-eagle en anglais),
Haliaeetus pelagicus : pygargue empereur (Steller's Sea-eagle en anglais),
Haliaeetus sanfordi : pygargue de Sanford (Sanford's Sea-eagle en anglais),
Haliaeetus vociferoides : pygargue de Madagascar (Madagascar Fish-eagle).

Etymologiquement Haliaeetus leucocephalus signifie "Aigle des mers à tête blanche".

Dans son livre "Systema Naturae", le très respectable naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778) avait décrit le pygargue à tête blanche sous le nom de Falco leucocephalus.


Le Pygargue à tête blanche

Je suis certain que vous avez déjà vu cet oiseau, peut-être pas en chair et en os, mais représenté sur des documents ou autres. Regardez bien la photo. Cet oiseau ne vous rappelle rien ? Et oui, le pygargue à tête blanche est l'oiseau national, le symbole des Etats-Unis.

Le pygargue à tête blanche, seule espèce de pygargue existant sur le continent nord-américain, mesure de 80 à 110 centimètres pour une envergure moyenne de 1,7 mètre pour le mâle et 2,4 mètres pour la femelle. La femelle est plus grande et plus grosse que le mâle. Elle pèse de 5 à 6 kilogrammes tandis que le mâle pèse de 3,5 à 4 kilogrammes. L'espérance de vie du pygargue à tête blanche est d'une trentaine d'années (50 ans en captivité). Les populations nordiques sont plus grandes que les populations du sud.

Plusieurs sous-espèces de Pygargue à tête blanche ont été décrites, et notamment :
   - Haliaeetus leucocephalus leucocephalus : la sous-espèce nominale
   - Haliaeetus leucocephalus washingtoniensis (Falco washingtoniensis)
   - Haliaeetus leucocephalus alascanus
 
De nos jours, seules les sous-espèces H. l. leucocephalus et H. l. washingtoniensis sont reconnues

Le pygargue à tête blanche est un rapace piscicole endémique de l'Amérique du Nord. Son aire de répartition s'étend du Canada jusqu'au Mexique. Le pygargue à tête blanche s'établit en général dans les zones où coexistent de grandes étendues d'eaux (cours d'eau, lagunes, lacs...) poissonneuses et des forêts avec de grands arbres indispensables pour y édifier son nid. Le pygargue à tête blanche préfère les lieux sauvages, éloignés de toutes activités humaines.

Le pygargue à tête blanche n'est pas un véritable migrateur. Seules les populations nordiques migrent vers le sud ou vers les côtes si leurs lieux de nourrissage gèlent en hiver.

Le pygargue à tête blanche, comme son nom l'indique, possède une tête blanche, avec des yeux jaunes. Son corps présente un plumage brun et sa queue est blanche. Le mâle et la femelle arborent la même livrée. Les juvéniles pour leur part sont bruns avec des taches blanches et ils conservent ce plumage jusqu'à leur maturité sexuelle qui intervient vers l'âge de 4 ou cinq ans. Les pattes (peu visibles sur la photo) et le bec sont jaunes.

La période de reproduction du pygargue à tête blanche dépend de son lieu d'habitation. Dans le sud des Etats-Unis la reproduction commence vers le mois de novembre tandis que dans les régions plus au nord (Alaska par exemple) la saison de reproduction commence vers le mois d'avril.

Le pygargue à tête blanche ne s'accouple par forcément tous les ans, mais peuvent aussi s'accoupler en dehors des périodes de reproduction (relations sexuelles pures ? témoignages d'amour ?). Les couples semblent formés pour la vie, mais au décès de l'un d'eux, il semblerait que le survivant encore en âge de se reproduire cherche un nouveau compagnon. Il en serait de même en cas de stérilité de son partenaire.

La parade nuptiale du pygargue à tête blanche est spectaculaire et bruyante. Le couple effectue maintes prouesses aériennes (poursuites, renversements, piqués, remontées, tonneaux, voltes, tournoiements accrochés par les serres...

Le nid du pygargue à tête blanche est construit conjointement par le couple, le plus souvent au sommet d'un grand arbre, à proximité d'un plan d'eau poissonneux. Et il vaut mieux être deux pour construire le nid, car c'est vraiment une entreprise de construction. Le nid au fil des ans peut atteindre des dimensions colossales. Jugez-en : 4 mètres de hauteur et plus de deux mètres de diamètre pour un poids flirtant avec les 1000 kilogrammes. Il vaut mieux que l'endroit retenu pour l'édification de ce monument ait été choisi avec soin ! Ces nids sont rehaussés annuellement et les plus gros atteignent six mètres de hauteur pour un poids d'environ 2500 kilogrammes. Bien que les mensurations du nid soient impressionnantes, l'intérieur est très peu profond. Plus au nord, dans la toundra où il y a peu d'arbres le pygargue à tête blanche construit son nid sur la végétation basse, voire à même le sol ou sur un escarpement rocheux.

La femelle pond de 1 à 2 œufs (rarement 3 et exceptionnellement 4) à quelques jours d'intervalle. Les œufs, blanc mat, mesurent environ 7 centimètres de long et 5,5 centimètres de large. L'incubation assurée alternativement par le mâle et la femelle dure environ 35 jours. Cependant c'est la femelle qui assure l'essentiel de l'incubation.

A la naissance les oisillons sont recouverts d'un duvet gris/noir qu'ils conserveront pendant environ un mois. Le mâle et la femelle assurent à tour de rôle le nourrissage de leurs petits. Les jeunes pygargues à tête blanche quittent le nid au bout de 12 semaines environ. Entre la ponte du premier œuf et l'envol du dernier oisillon il s'écoule généralement 18 semaines.

Les petits, très voraces, grossissent rapidement. En deux mois les femelles prennent environ 5 kilogrammes tandis que les mâles n'en prennent que 4.

Le régime alimentaire du pygargue à tête blanche se compose principalement de poissons, vivants ou morts, mais c'est un oiseau opportuniste qui peut se nourrir de charognes ou capturer des oiseaux divers (mouettes, foulques, grèbes, oies, cygnes, pingouins...) ainsi que des mammifères (loutres de mer, ratons laveurs, rats musqués, lapins...). En période de disette, ou lorsqu'il est jeune, il lui arrive de voler la nourriture d'autres prédateurs.

Le pygargue à tête blanche pêche à la surface de l'eau, il ne plonge pas. Il utilise ses puissantes serres pour capturer ses proies. En général le pygargue à tête blanche est un oiseau solitaire qui se nourrit seul et défend son territoire. Cependant, lors de la fraie des saumons, lorsqu'ils remontent en grand nombre les rivières, on peut observer par endroit des concentrations de pygargues à tête blanche. Il faut dire qu'à cet instant la nourriture est abondante et facile à capturer.

Grandement menacé il y a quelques décennies la population du pygargue à tête blanche a retrouvé des effectifs presque satisfaisants, bien que très fragiles. Le principal ennemi du pygargue à tête blanche est l'homme qui détruit son habitat ou dont les activités dérangent sa quiétude, notamment en période de reproduction.


Articles connexes :
Haliaeetus albicilla : pygargue à queue blanche
Haliaeetus vocifer : pygargue vocifère



Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus
Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus

Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus
Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus

Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus
Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus

Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus
Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus

Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus
Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus

Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus
Pygargue à tête blanche - Aigle à tête blanche - Haliaeetus leucocephalus



Remarque importante : Ces photos sont gratuites et libres de droits. Pour tout usage, même professionnel, vous devez mentionner le nom de l'auteur, Kriss de Niort, et faire un lien vers le blog. Merci - Sur simple demande, je peux fournir, dans les mêmes conditions que ci-dessus, des photos dans un format supérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos petits ou grands mots