Présentation du blog Faaxaal


Les photos que je propose sont gratuites et libres de droits, pour tous les usages, y compris les usages commerciaux, comme des livres, des prospectus, des affiches ou autres.
 
Cette gratuité a une contrepartie : vous devez citer le nom de l'auteur de la ou des photos empruntées et faire un lien vers le blog ou vers la page sur laquelle vous avez emprunté la photo. L'auteur est généralement Kriss de Niort.
 
Sur simple demande, dans la plupart des cas, je peux fournir des photos dans un format supérieur. Laissez un message en bas de l'article concerné.
 
--------- o0O0o ---------
 
Vous ne trouvez pas la photo que vous cherchez, un lien est brisé, une photo ne s'affiche plus, vous voulez signaler une erreur ou autre.... Laissez un commentaire ICI
 
 

vendredi 3 mars 2017

Photo de Mammifère : Marmotte commune - Marmota monax - Groundhog

Mammifères du Québec - Faune du Canada - Rongeurs du Québec
 
(Sous réserve de bonne identification)



Ordre : Rodentia - Rongeurs - Rodentiens
Famille : Sciuridae - Sciuridés
Tribu : Marmotini
Genre : Marmota - Marmottes
Espèce : Marmota monax

Mots-clés : Sciuridae Marmota Marmotte




La Marmotte commune (Marmota monax), appelée également Marmotte canadienne ou "siffleux" par les québécois, est un "Écureuil terrestre" qui vit en Amérique du nord, de l'Alaska au Québec (mais plus particulièrement dans l'Ontario et le Québec). Aux USA (hors Alaska) l'aire de répartition de la marmotte commune s'étend au nord du Maine au Wisconsin et au sud du Mississippi à l'Alabama. Elle vit donc essentiellement dans la partie septentrionale de l'Amérique du nord.

La marmotte commune est un animal diurne, terrestre, plutôt solitaire. La marmotte commune adulte mesure de 39 à 65 centimètres de long pour un poids compris entre 3 et 7 kilogrammes (variable en fonction des saisons). Sa queue peut mesurer jusqu'à 25 cm de long. Les mâles sont plus grands que les femelles. Sa longévité est de 4 à 6 ans dans la nature, un peu plus en captivité. La marmotte commune vit en plaine, dans les prairies, à la lisière des forêts, dans les petits bosquets, mais également au bord des routes et chemins, et on la trouve même en ville dans les parcs. Les photos qui illustrent l'article ont été prises dans les faubourgs de Québec.

L'épaisseur et la densité de son pelage est variable en fonction de la saison et de l'endroit où elle vit. En effet les conditions climatiques de l'Alaska et du Mississipi ne sont pas les mêmes. La coloration du pelage varie de brun à brun noir, avec une poitrine jaunâtre à rousse. La tête de la marmotte commune est plutôt large et aplatie, avec un cou peu marqué. Ses pattes sont courtes. Les pattes possèdent toutes 5 doigts mais le pouce des pattes antérieures est atrophié. Les doigts sont dotés de puissantes griffes, indispensables pour le fouissage. Comme elle creuse essentiellement avec ses pattes avant, les griffes des pattes avant sont plus développées et plus larges que celles des pattes arrière.

La marmotte commune vit dans un terrier qu'elle creuse dans un sol bien drainé. Elle possède souvent deux terriers : un terrier d'été et un terrier d'hiver. Plusieurs terriers peuvent être reliés pour former un réseau familial. Le terrier possède plusieurs entrées, dont une entrée principale. Le terrier d'hiver s'enfonce à une profondeur suffisante pour ne pas subir le gel, donc variable suivant les régions. Le terrier comprend plusieurs salles et de nombreuses galeries qui peuvent totaliser parfois plus de 10 mètres. L'effondrement des galeries est un réel problème pour les agriculteurs et pour les chaussées.

La marmotte commune est un animal qui hiberne réellement. L'hibernation se déroule dans la salle d'hibernation. A cette occasion le métabolisme se ralentit. La température du corps se réduit (jusqu'à 3 à 6 degrés) et les rythmes respiratoires et cardiaques diminuent. Le rythme cardiaque tombe à 4 à 5 battements par minute ! La durée de l'hibernation est variable en fonction des régions. L'hibernation peut commencer en septembre/octobre pour se terminer en mars/avril. Durant cette période la marmotte commune peut perdre jusqu'à 20% de son poids. Cependant à son réveil il lui reste suffisamment de graisse pour attendre l'arrivée de la nouvelle végétation.

La marmotte commune est essentiellement herbivore. Elle se nourrit d'écorces (sumac, cornouiller…), de feuilles d'arbres et arbustes, d'herbes diverses dont beaucoup de fabacées (trèfle, luzerne…), de légumes, de fleurs, de bourgeons, de baies. Occasionnellement elle consomme des insectes et des escargots. Pour se nourrir la marmotte commune peut grimper aux arbres, mais jamais bien haut. A l'occasion elle peut faire des ravages dans les cultures céréalières, notamment de maïs. Lorsqu'elle ne mange pas, la marmotte passe beaucoup de temps à prendre le soleil tout en surveillant les alentours pour ne pas se faire surprendre par un prédateur potentiel.

La saison de reproduction de la marmotte commune se situe vers les mois de mars/avril. A cette occasion les mâles peuvent s'affronter. Il n'y a pas de fidélité chez la marmotte commune et un mâle peut féconder plusieurs femelles. La période de gestation dure environ 1 mois (30 à 32 jours). La femelle met au monde de 3 à 5 (parfois 7) petites marmottes, nues, fripées et aveugles dont le poids ne dépasse guère 25 grammes. La femelle élève seule ses petits. Le sevrage intervient généralement au bout de 6 semaines d'allaitement. Les jeunes marmottes sont chassées du nid peu de temps après. La maturité sexuelle intervient vers l'âge de 2 ans.

La Marmotte commune possède (ou possédait) de nombreux prédateurs comme les coyotes (Canis latrans), les loups (Canis lupus), le renard roux (Vulpes vulpes), l'ours noir (Ursus americanus), le lynx du Canada (Lynx canadensis), le puma (Puma concolor). Cependant de nos jours les prédateurs les plus dangereux sont les automobiles et les chiens errants. Des grands prédateurs historiques la marmotte commune n'a plus à craindre pratiquement que le renard. Par contre les jeunes marmottes peuvent être attrapées par des rapaces ou par les serpents qui pénètrent dans les terriers.

Pour se défendre la marmotte ne peut guère compter sur sa pointe de vitesse qui atteint péniblement 15 km/h. Après avoir donné l'alarme à l'aide d'un cri strident, elle plonge dans son terrier. Lorsqu'elle est attaquée la marmotte adulte n'hésite pas à utiliser ses puissantes griffes et ses incisives acérées pour défendre chèrement sa peau.


Articles connexes :
   - Coyote (Canis latrans),
   - Renard roux (Vulpes vulpes),
   - Ours noir (Ursus americanus),
   - Lynx du Canada (Lynx canadensis).


Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax

Marmotte commune - Marmota monax
Marmotte commune - Marmota monax


Je possède d'autres photos de Marmotte commune. Demandez-moi

Remarque importante : Ces photos sont gratuites et libres de droits. Pour tout usage, même professionnel, vous devez mentionner le nom de l'auteur, Kriss de Niort, et faire un lien vers le blog. Merci - Sur simple demande, je peux fournir, dans les mêmes conditions que ci-dessus, des photos dans un format supérieur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos petits ou grands mots